Arabic Translators International _

 


  Arabic Translators International _ > Language Forums > French Forum

French Forum .

         ::  _  ( :ahmed_allaithy)       ::  :  ( :badiri)       ::  ( : )       ::   ( : )       ::  ( ) ( : )       ::   ( : )       ::  _  ( :ahmed_allaithy)       ::  _  ( :ahmed_allaithy)       ::   ( :ahmed_allaithy)       ::   ( :ahmed_allaithy)      

 
  #1  
07-27-2017, 06:42 PM
 
: Oct 2016
: 10
Lightbulb Un assortiment de pomes traduits en franais avec des potes du monde

GENRE DE LIVRE /
Un assortiment des pomes traduits en franais auprs des potes mondiaux.
TITRE DU LIVRE /
Aux abris de ma Reine o je vis.

PRÉFACE

Lhomme est dfinit par son entendement, ce dernier est une altesse dans le monde de la crativit, de linnovation, alors mon lecteur nes pas en littrature et ses filles, donc lune de ses filles est la traduction o elle nest gure une transmission des mots en mots diffrents en criture ou conjugaison ou grammaire par contre elle est constitue sur la base de crer une autre vie dune personne dans une autre en panouissant sur tout tant beau et merveilleuxet a avant de vous sentir plus forte raison de vous porter mon lecteur au cur de la traduction
Il faut dabord de vous amener la sensation amalgame et mle par lesprit de traducteur avec le pote de texte original

Alors mon lecteur on vient lautre fille de littrature ayant une meilleure corrlation avec la traduction cest :
La posie,

On la distingue par la parabole de Taoufiq AL-HAKIM

La posie un miroir de la vie ; o le pote voit son me et son esprit, alors que le pote est une lune qui ne nous donne gure la vie en sa brlure, au temps de sa clart comblant les yeux, par contre il attire un peu de ses rayons et les filtrer travers lui-mme
Ensuite, il les expose et les distribue telle une splendide lueur, bien arrange, agence, aise pour les yeux, approfondie, un entendement ; camarade pour un cur solitaire

Elle joue un rle trs ncessaire pour monter au fur et mesure sur lchelle de la bonne dcision dans la vie alors que ses leaders sont passs par des circonstances et des essais
Et l quand voque Cicrone qui dit *Une maison sans livre, un homme sans carrire*

Si la posie est crite en langue dorigine lointaine de franais

Cest--dire que son lecteur va limporter son esprit avec un sentiment dun environnement pareilque pensez-vous alors si ce texte tant plein de fantaisie, parfois dun style direct, abstrait, ou dinventer une fable miraculeuse dans notre prsent et l o on peut rappeler Paul VALLERY *La posie est une langue dans une autre*sera crit dans une autre faon dans une autre langue que vous laimeriez beaucoup

Je ne veux plus de vous quitter sans raconter une maxime littraire : si les vers comme tout le monde savent quils sont une rflexion, un raisonnement, je dirais quils sont des sensations

Alors lire le bouquin et rendez-nous votre avis.

Salutations distingues du Pote-Traducteur Salim REGAMI.

Merci.














Un pome Daprs LE POÈTE : PABLO NERUDA

Je lai traduit en FRANÇAIS

Une promenade

On dirait, un tre humain,
Je sens que je suis en accablement,
Si, je rentre dans une salle de cinma,
Dans un magasin couture,
Je deviens comme un homme glac, un statut dur
Ou comme un fait de courbature
Tel un canard, faisant une flure
Navigant aux sources, et cendres
Lodeur des airsme rpand au pleur
Je voudrais ajourner ma vue vers le coton et les pierres
Je voudrais carter mon regard, en ne voyant gure ni les jardins, ni les organisations de nos jours
Les ascenseursles lunettesles cargaisons
Je suis tomb en fatigue :
A travers mes piedsmes anglesmes cheveux
Et mon fantme
Il par hasardje suis un tre vivant si bien que je sois en mal aise...
****


La nature du jour
Son argilesa flammeson labour
Si tu nas pas assujettis la gaiet de lair
Et tu nes plus semblable une semaine des parfums et airs
Si tu nes gure ce moment jeune, unitaire et jaune
Ou.
Dans lequel, les varices extraient lautomne
Et le pain prpar par la parfume lune
Lorsquil vole pareil la semoule au ciel
O mon amoureuse
Pour quelle raisona-tu-aim
Dans votre serre, jembrasse tout emblme damour.
Le sable finlre joliela pluie fructifre
Et larbre
Et tout un tre, vit pour que je sois vif et rare.
Que je ne sois gure dans le besoin une courbure pour percevoir et concevoir.
Car
Tu seras le miroir des regards de mes pomes
Si tu acquiers pour tes yeux les couleurs luminaires

***



Pour votre corpsje suis abm en brouillard
Ton silence ne cesse gner mes horloges sinistres
Et toi, des accolades des pierres claires
O lasile de mes verts dsirs
Ainsi que le port de mes baisers
Oh !
Ton bec confusobscurbredouillepar lamour
Devenu comme la courbure des sons et senset totale ruine en soir
Aux fonds des resaux fermes
Jai vu les pis flchissent avec les vents
En revanche
Ils hument larme de ses lvres.
Ils jouissent par la douceur de ses lvres
Ils versent son fumet dans les provinces de ses lvres








Un pome Daprs LE POÈTE : PABLO NERUDA
Je lai traduit en FRANÇAIS

Vingtaine de pomes damour et chanson de dsespoir


Le corps fminindes collines
Candidescuisses blmes et limpides
Quantje sens ta rsignation dans mes accolades
Que tu te dcoupe tel tout le monde
Et mon comportement dautant plus mon corps ruralet brutal
Furte dans ta Mapp corporelle tant tel des pisodes de srie venante
Alorsun fruit mr sort des profondeursdu globe terrestre venu aprs une longue attente









Un pome Daprs LE POÈTE amricain : MILLER

Je lai traduit en FRANÇAIS

Une bche la recherche dun verre



Je suis un tronc dsert dans un vaste dsert,
Alors,
Rpand ta majest en amour.
Et entend la gaiet des airs
Et puis danse en plein jour










Un pome Daprs LE POÈTE amricain : MILLER
Je lai traduit en FRANÇAIS

El Salvador


Par ici,
Des doigts voltigeant comme o
Les feuilles darbres surnageant un beau jour
Par ici,
Des cafards vont jener mais aprs quils
Soient satisfaits de djeuner des corps
Quand, on ralise le palabr accord
La terre sera pleine par les visages non pas par les trains funbres











Un pome Daprs LE POÈTE amricain : MILLER
Je lai traduit en FRANÇAIS

TCHE GUIVARA

Rappelles-toi, le moment o stationnas-tu pour que tu aspires ?
Fut-il, le jour o dcidas si tu ne dors ni tu ne mors gure ?
Si tu concevais que les zphyrs ne qutent pas omettre ?
Alorsce ci ton caractre autours de lunivers














Un pome Daprs LE POÈTE amricain : MILLER
Je lai traduit en FRANÇAIS

La posie est la pierre
Comme le flash danse aux milieux des expressions, qui adore
Jessaye crire cinq fois au mme jour
Et fur et mesures je moriente vers le sanctuaire

















Un pome Daprs LE POÈTE amricain : MILLER
Je lai traduit en FRANÇAIS


Avec des yeux vacants
Enlve sa brosse de bidon deau courant
Dici et dailleurs
Les gotes sparentdans cet tat chant
Il arrange lemplacement..seulement
Au-dedans dune salle dhbergement














Un pome Daprs LE POÈTE amricain : MILLER
Je lai traduit en FRANÇAIS

Admettons quest un envotement
Et dtre dnus par ltonnement
Parce que cette trouvaille
C.--d. : un amour pareil
Que personne ne connut cette merveille
















Un pome Daprs LE POÈTE : Sergio MACIAS

Je lai traduit en FRANÇAIS

Des promenades


Comme un pote
À provinces sahariennes vastes
Excuta lIMZADE de TASSILI qui chante sur les chteaux de sable
Ensemence les racines des jardins des hritages comme OTHMAN
Sculpte les arbres dont les oasis des PALMIERS pour extraire la paix des noyaux des fruits mrs
Et sous le parapluiede nuit lunaire,je tattends Ô la palme de lamour.











Un pome Daprs LE POÈTE : Sergio MACIAS
Je lai traduit en FRANÇAIS




Je voudrais tre .
Une bruine de fleurs
Pour laver les joues daube sombre
Par des pomes inspirs des fonds des curs
Que je trouvai sur ton visageet sur les images des cratures
Et un scintillement sur tes jonches lvres












Un pome Daprs LE POÈTE : Sergio MACIAS
Je lai traduit en FRANÇAIS

Pas de raison


Navoir pas raison!?
Non de raison, afin de ne mourir pas ce jour
Qui accrot telle une larme de pluie dhiver
Ou pour ensevelir en rcitant des vers comme les bris des verres
Sur lchine des nues













Un pome Daprs LE POÈTE : Sergio MACIAS
Je lai traduit en FRANÇAIS

Glorification




Vers, linquitude des fleurs
Se glorifia les motions de fugitif canari
Vers, les feuilles des abris,
Et mon mes qui fouille en vers les contres prodigieuses
Des fleurs mielleuses











Un pome Daprs LE POÈTE : Sergio MACIAS
Je lai traduit en FRANÇAIS

Une scne




Laspect de la pluie vive
Avec les temptes agressives
Dtruit les arbres dolives
Et puis prgrinerais derrire le train des vtustes expressives












Un pome Daprs LE POÈTE : Sergio MACIAS
Je lai traduit en FRANÇAIS

Une quantit pour la charger





Au golf des souffles francs
Le bateau des nuages blancs tel un peu de fromage
Aborde tortpartage
Et puis.
Il charge les barils pleins sombres des sangs des martyrs










Un pome Daprs LE POÈTE : ELIAS ABI CHABAKA

Je lai traduit en FRANÇAIS

Les mlodies des villages





Ô re
Rtablir pour nous, ce que nous emes au Liban cher.
Reconqurir pour nous, ce que nous emes des rves et dsirs
Le Liban.
Quil y eut de lclaircissement de lunivers
Idem,
De la conscience des prires et vpres
De nos trsors chroniques
Et laise de nos feelings
De lair pacifique
Et des coexistences furent comme si des fruits mrs

Ô re

Refaire ce que fut au Liban jeune
Rciter les airs de tes bourgs

Ô re
Raconter.sans restrictions .
Si une bche de cdres souffre
Les trois ples flchiront.
Si un thtre, un forum se laissent aller
Toutes les cratures regretteront
Beyrouth et ses ennuis
Tous les univers alerteront.
Bel et bien
La Phnicie fut, est, sera le paradis favoris.












Un pome Daprs LE POÈTE : SOULEIMAN EL-AÏSSA

Je lai traduit en FRANÇAIS


Cest le sol de la terre de BÔNE
En lamalgamant avec lme vive du martyr
Avec les abats des sangs frumentaires
Colorisrent mon hier, mon prsent, mon futur
Les dsirs dclament .!
Avive tes espoirs.
Et que notre cher mai
Devenu avare que jamais
Ô les cris...obscurs
Par-l ..Les massacres et leurs vnements
Se dcoulrentsappliqurent
Selon lhumeur .
Des cussons de lhomme agent du meurtre




Un pome Daprs LE POÈTE AHMAD MATTAR

Je lai traduit en FRANÇAIS.

Par-ci, de soixante-dizaines de blessures offensives
Selon une squelle hmorragique nocive
Savrentne couvre gure
Qui fait tuer la peur due de bout la peur
Et mes pomes elles surnommrent...
Mon lecteur, dnomme elle mon heur
Ainsi que nomine moi .comme
Un suicid avec un poignard de la lettre
Parce quil ny a que la tricherie
Et les jours devenus recherchs que
Par
La flute, et mon gard je ne peux gure
Vivre comme un tamboureur
Alors, voici mon cur comme un carnet nu et ouvert
Et sur lui .
Jai crit mes vers par un cimeterre



Un pome Daprs LE POÈTE ABD EL-OUAHAB EL-BAIATI

Je lcris en FRANÇAIS

Bocaux avaris


Le dieu, lhorizon clair, et les idoltres
Se sentent leurs frontires
A brle-pourpoint
Du volcan Vsuve point du jour
Concrtise les cits futures
Nagrge que les astres
En avivant dans ton cur les feux et la joie
De la profondeur. Par lardeur damour.
Et les vendeurs ses aigles ayant faim
Et les quasi-hommes sont aveugles
En extra-carrefour, savrent,tourdis
Cest sr quil ny aurait bel et bien une enveloppe ngre
Nanmoins ce du jour






Un pome Daprs LE POÈTE Ahmad Ali Sad dit : ADONIS
( )
Je lai traduit en FRANÇAIS

MAISON INHABITÉE
AUX TOURS DES FAUBOURS

Des fentres des larmes exilrent
Avec les vents loignrent
Et une montagne des paules encastrrent
Qu tout moment, lair, le tuile sapins,
Lobservrent
Un figuier vieillard
Ses sils sont avec son pied
Sont accrochs cause du rpande au cur
Et le silence fait aiguiser les dards des tulles
A cousu de linceul des oiseaux chantrent
Devenue une cloche des gouffres

Je mimagine comme si :
Jcoute une absurdit dune petite jouvencelle
Que ses mains se durcirent
Et ses sils attachrent avec une humeur on dirait un papillon
un jouet ou un ballon ne virent plus le ciel que sa couleur

Je mimagine
Que je sois en nuit vigilant
Ainsi en chant.
Jassis avec une dame
Que je me dcoupe son petit-fils quelle laime
A chaque nuite, elle nous cerne
Par la bizarrerie des histoires
Une femelle dun Djinn des eaux comblent de couvercle sombre
Elle se nous avre, un spectre
Elle nous prfre, elle nous achemine sa terre
Elle nous porte des vtements des fils obscurs
Et le pasteur du convoi, un tue ou tueur par les loups
Sur sa Colline...
Et le joli chevalier cours sus son ennemi que ce dernier finit par un coup de grce
Lors de cette attaque violente
Puis ce fut, il capture, il accule
Lamoureuse enchanteresse
Des profondeurs de cur de son adversaire,

Je mimagine
Je reprends en mes mains les fibres du temps voyageur
Qu travers ses tresses je te rends des fentres,
Et une fillette et une grand-mre
Et je rappelle ceux qui passrent

Vivre comme la lumire des ceux surpassrent
Et faire une perce pour crer un pome et partir.
Avancer, ou augmenter lamplitude de la terre
















Un pome Daprs LE POÈTE BADER CHKER EL-SAIAB

Je lai traduit en FRANÇAIS




A notre ville, la nuit est non-sombre
Par un feu sans flamme obscure
Ses boulevards, et ses maisons dont les clotres
Devinrent fivreux, or peu aprs sa fivre va disparatre
Ensuite, le dclin du soleil la badigeonnera
travers tous ports de cumulus des merveilles
Tellement presquelle volera des signaux
Que ses dfunts se lveront, sveilleront










Un pome Daprs LE POÈTE BADER CHKER EL-SAIAB
Je lai traduit en FRANÇAIS



Nous emes faim
A cause de cloison noir, nous affolmes, nous emes de la peur.
Nous te cherchmes dans la crpuscule,
Ainsi un sein, et une mamelle.
Ayant une poitrine,
Un vaste horizon,
Son mamelon,
Une nue de la rvolution,
Un vignoble sur notre globe.
Tu coutas notre chagrin,
Et tu vis comment nous mourons,
Donc,
Arrose nos chemins.
Nous nous cessons de vivre, cest le malheur,
Aussi bien que, Tu sois pre et austre.



Un pome Daprs LA POÈTESSE NAZIK EL-MALAIKA

Je lai traduit en FRANÇAIS




Nous retournons donc, vers le long parcours
Que nous sommes confronts par les figures acrs
Que toute truque nous concide peu aprs
Comme sil tait en cre arrt .
Nous retournons donc, quaucune clart nclaire
Pour notre point de vue obscur.
Nous marchons, nous entranons les dcombres dun petit songe
Que nous ensevelmes aprs un court ge










Un pome Daprs LA POÈTESSE NAZIK EL-MALAIKA
Je lai traduit en FRANÇAIS




A travers la cloison sombre de lunivers
Sa tte ivre fut en butte des brlures
Et quils gchrent sa nettet, et sa dignit sanguinaires
Sur les pierres de la posture
Les dernires parts ou pisodes du meurtre
Que ses faix assumrent par le garde champtre
Et puis fut offert tel un sacrifice aux rsidents
Des tombes sacres
Et un gain, et un dsir
Un acquis, et un loisir





Un pome Daprs LE POÈTE MAURITANIEN MUHAMMAD OULED ABBAH OULED IMMAM

Je lai traduit en FRANÇAIS


A chaque matin que nous sommes surpris par la lumire
Que nos rves monteurs
Nous condescendent tel un spectre
Puis ce futnous retourneronsrapidement en arrire...
Vers les crpuscules rveills.
Et vers les fictions des veilles
Tel Sisyphe
Nous convertissons chaque soir
Les illusionnistes bauges signs,
Et ainsi que...
Laraigne
Pour tre dmolir par la clart soigne




( )

Un pome Daprs
LE POÈTE CORÉEN TCHOU WOU HUN

Je lai traduit en FRANÇAIS

UN ENTENDEMENT

Aux premiers temps
Fut, hercule
Il fut condamn soutenir sur ses paules les votes
Les terres et ciel
Or
Quil ne peut gure jouer, mme de bouger sa cervelle
Cette dernire ne pse gure et parbleu un grain de la moutarde






Un pome Daprs
LE POÈTE CORÉEN TCHOU WOU HUN
Je lai traduit en FRANÇAIS

PAROLES DUN MARIN


Le palmierLe seul
Tend ses bras vers le ciel
A travers tous ses souffreteux ples
A travers tous ses cts fivreux
A travers tous ses sables douloureux
Il porte le voile en revanche
Quil na rien doreille, de nez, de cou
Il se couvre afin de cacher un sourire,
Qui acculequi cerclequi essaye courir.





Un pome Daprs
LE POÈTE CORÉEN TCHOU WOU HUN
Je lai traduit en FRANÇAIS

UN SAINT QUI VOLE AU LOINTAIN



Aujourdhui, cest le premier jour
Ce premier jour, sest appel par le jour
Train des mouchons du plein air
Posent leurs ufs, partagent le discoursnon-signifiant
Si en voyant le brlant astre, compltement brillant
Avant le dclin
Nanmoins
Je vive, comme si je vivequaprs le point nomm de mon dpart
Je ne me sens gure dtre tapageur
Un de ces jours
Sinon que
Le saintne fut qu
Une nue des mouches de la journe
Volant lointain,
Mme sil Vivrait mille danne




















Un pome Daprs
LE POÈTE CORÉEN TCHOU WOU HUN
Je lai traduit en FRANÇAIS

A NIRVANA

Je ne trouve jamais une personne
Aussi ignare que signifient les agrments de la vie
-AlorsQue penses-tu,-
Elle ne concevrait gure les affres des morts
En pris cette rue, ou lautre
Le pire quest un cafard qui court
Par contre
Quil faudrait tre un homme vivre aux oiseaux,
Qui vivent dans le fort de lavoisinante fort des vivantes eaux







Un pome Daprs
LE POÈTE CORÉEN TCHOU WOU HUN
Je lai traduit en FRANÇAIS

UN FRÈRE ET UNE SUR


Ceux sont deux petits : un frre et une sur
Marchant dans le mme sillage
Ils sont semblables aux bourgeons
Aux poissons rouges Salamon
Quils sveillent au point du jour,
Sur les feuilles des arbres de ce bourg
Pourtant
Le rideau noir de luniversnarbore encore...








Un pome Daprs
LE POÈTE CORÉEN TCHOU WOU HUN
Je lai traduit en FRANÇAIS

CECI EST MON CORPS


Je montai jusquau bout du fate
Des montagnes NAM SAN
O je fus aux aguets du soleil, et son dclin
Elle fut la ville de SÉOUL
Une file dcume rousse et sombre
Alorsceci est mon corps avare
Ce dernier ne fut quune sangsue douce
Attache en feuille de la mousse
A travers cette caravane.





Un pome Daprs LE POÈTE : TAGOR
( )
Je lai traduit en FRANÇAIS




O il ny a plus daffolement pour
Lesprit indpendantsalutaire
Et la tte un faible pour la hauteur
Et o la cognition se libre
Et que le fanatisme ngratigne jamais portes et fentres de lunivers.
Et o les muses passent de dehors au-dedans des profondeurs sincres.
Et o le combat squentiel tend ses mains vers le parfait humanitaire
Et o les valles de la raison ne perdent gure son coulement dans les dserts
Des annihiles murs .
Et o lentendement guide vers les arnes plus immenses que
La pense et la besogne
Au-dessous de ce front de librations
Eveille mon OUATAN je te prie mon Dieu




Un pome Daprs LE POÈTE : RASSOUL HAMZATOFF (OV)

Je lai traduit en FRANÇAIS


Jentendis au mon pays pre
Que les mots sincres engendrrent toutes les cratures.
Nous sommes les humains coupables parmi tous les tres
Alors
Comment dclenchrent refusrent le oui par les cris hue
Ceux-ci les mots des ternels vocabulaires dictionnaires
Ordreserment.ou prire.
Nous sommes en disposition lutter pour ce bel univers
Que le monde est richard par les lzardes et les gerures
Et par contrainte le monde est bout
Alors
Dgager des mots
Serments.
Prires
Maldictions
Pas de souci
Lessentiel.
Quelles viennent au secours de lunivers

Un pome daprs le pote japonais Dakotsso Lida


Je lai traduit en franais

Une nuit,
Lombre surnaturel de lapoge FUTJIsavre,
Oh ! quelle froideur..
Dans la lune et sa lueur

Le chasseur
Triche de lou, la rumeur
Et prte attention aux signes qui concentrent la fusion sur la blancheur

Devant une porte dun temple la hauteur de la montagne,
Les nuages se passent, elles nont aucune besogne que la grandeur en joie
Elles sont fastes et favorables.
Nest pas lautomne est juste et acquittable

Ma bourgade et sa terre
Je la recherche dans cette charade
Le printemps, sa tideur.

Lombre de la mort sinistre de printemps,
Avoisinant au chteau briscard, antrieur
Mon camarade, sa demeure

Le pampero du grand sud
Le repas favori des corbeaux
Sur les vires et les esplanades.

Aprs un dner des poissons aux grillades
Son ombrage, pareil un rve isol
que nous ne marchons pas dans le mme sillage.
















Un pome daprs la potesse chinoise Yink Zu


Je lai traduit en franais

Au fond de la mer ;
Une faramineuse chaleur exaspre
Et derrire un arbre de corail
Un autre en se mettant debout
Et en plus quen derrire il y a un autre arbre
Ton nom sera une lumire nest gure obscure
Et tu racontes
Tourne-toi et regarde-moi !!!
Naller gure trop loin en noyant tout seul dans la bouteille qui ne contient que les rcits de malheur
Car les missions de lhiver achevrent
Et ne nglige pas encore le soleil, dbauche dun sourire
Et ne cherche gure trouver une blouissante dernire demeure
Quelle doit tre en marbre..
Entre un il panoui et lalle sans retour dune songerie
Tourne-toi et regarde-moi !!!
De faon que les cieux boycottrent pour verser leurs larmes
Et je vais attendre derrire un masque de cendre
Je vais tattendre avec un caractre qui dance ballet tant dur
Idem
Les illusions causent la ruine
Avec un malheur
De la terre qui fait froid et une petite esprant la lueur se tourne flore en mbahissant, en me regardant





















Un pome daprs le pote chinois lu meen

Je lai traduit en franais

Durant lenfance,
Les yeux furent bleus
Lternit tenace
Et aujourdhui sont un jardin dans ta jeunesse o il ny a que les plerins
Dans ton demi-ge vont tre une tornade dans la mer
Vont tre mcontents quand tu deviendrais vieillard
Et rares tel un thtre de mi nuit
Aprs quil montre le rideau sombre
Entre lme et le corps
La chatte sattable avec gloire avec moi au dner
Et comme elle fait laugure,
Dune moisson de grande envergure
Et jai regard dans ses yeux apeurs adorant
O lhistoire humaine se revient en chaleuravec enthousiasme fureur
A laccoutume
En hiver je partage le plaisir de feu de tison avec ma chatte clbre que nous changeons les ides et les regards
Qui marchent paralllement sans savoir un point de dpotoir
Et quand on nallume gure la bougie de lesprit
Labondance prend la charrette des cadavres
De luxure et paillardise
Le corps travers le tunnel sombre

« | »

: 1 ( 0 1)
 




GMT. 08:14 PM.




Powered by vBulletin
Copyright ©2000 - 2019, Jelsoft Enterprises Ltd.